Filles et Sciences : Une équation lumineuse

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme, SenChix, l’association sénégalaise qui regroupe des femmes évoluant dans le domaine des TICs en collaboration avec l'Association des femmes mathématiciennes d’Afrique (AWMA) et l'Association française « Femmes et Maths » a convié des lycéens et jeunes universitaires afin de les sensibiliser sur l'importance de l’insertion des filles dans les filières scientifiques et technologiques (Sciences, Technologie, Ingénierie et Mathématiques - STEM).

Yebe Diallo, coordonnatrice régionale d’Empower Women, a assisté à l'événement. Environ 200 jeunes filles ont répondu à l’invitation. L'événement qui eut lieu à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) a rassemblé des élèves de prestigieux lycées publics, des étudiants de l'Ecole multinationale des télécommunications (ESMT) et des représentantes de plusieurs clubs d'étudiants scientifiques.

La journée était organisée autour de trois thèmes principaux : (1) les sciences de l’informatique et de l'ingénierie avec Microsoft ; (2) les nouvelles technologies avec SenChix ; et (3) les mathématiques avec AWMA et « Femmes et Maths ». Lors de leurs présentations, les panélistes ont successivement abordé les stéréotypes sexistes dans le milieu des STEM, présenté l’éventail des possibilités dans ce domaine et les modèles de réussites de femmes scientifiques au Sénégal. Elles ont également partagé leur expérience en tant que minorité dans leurs domaines respectifs et ont plaidé pour une plus grande mixité et un effectif plus important de filles dans les filières scientifiques et technologiques.

Par ailleurs, les participantes ont eu l’opportunité de manifester leur intérêt et leur passion pour les sciences. Elles ont également soulevé leurs défis et leurs préoccupations par rapport à leurs paires vivant dans les pays développés notamment : l'accès limité aux NTIC, le manque d'équipement technologique à jour au sein des écoles et l'introduction tardive à l'informatique. Mme Christine N'Sonda Fall et Mme Fanta Bouba, membres de SenChix, ont soulevé la question de la sécurité en ligne et ont plaidé pour une meilleure utilisation de l'Internet comme un outil d'auto-apprentissage.

Les représentants de Microsoft nous ont rappelé que dans quelques années, "75% des emplois nécessiteront une maîtrise des TIC, il est donc essentiel d’accompagner les jeunes filles qui s’intéressent aux filières STEM afin de leur permettre d’évoluer dans ces domaines." Mme Sophie Dabo Niang, membre de « Femmes et Maths » a insisté sur la promotion de la sensibilisation précoce des filles "nous croyons, nous aimons, nous pouvons le faire ! " Au Sénégal, les femmes sont sous-représentées dans toutes les catégories scientifiques. En 2008, on comptait une seule étudiante parmi les 43 garçons diplômés en Mathématiques à l'UCAD[1]

De plus, une fois leurs études terminées, seulement 14% des femmes travaillent dans la filière scientifique choisie. Une introduction précoce aux STEM, une meilleure orientation scolaire et la mise en œuvre d’une budgétisation sensible au genre au sein du Ministère de l'Economie Numérique ont été identifiés comme des recommandations clés pour surmonter les obstacles socio-culturels. Les participants ont également recommandé de sensibiliser les chefs d'entreprises et les recruteurs pour une meilleure égalité entre les sexes dans le milieu professionnel.

Cet événement a été l'occasion de méditer sur l'importance significative pour les jeunes filles de rester dans les filières scientifiques et technologiques, ce qui permettra d’assurer leur future autonomisation économique ;  une éducation réussie contribuera à assurer leur accès à des emplois plus lucratifs et leur pleine participation à l'économie.



[1] UNESCO Institute of Statistics, 2008


Etiquettes pertinentes:

Etiquettes pertinentes:

TICs
  • Votre devez être connecté pour poster un commentaire
S'il vous plaît entrer un commentaire